blog image
Partagez cet article :

Pourquoi faut-il promouvoir les Thérapies Non Médicamenteuses ?

En créant KALYA, nous avons très tôt été confrontés à cette question : parmi toutes les pratiques de santé non conventionnelles, quelle approche faut-il privilégier afin de se démarquer ? Concrètement, comment s’y retrouver dans un paysage de pratiques complémentaires, alternatives, douces, naturelles, traditionnelles, holistiques ou encore non conventionnelles aussi pléthorique ? Nous avons commencé par identifier les différentes approches et définitions existantes : MAC (Médecines Alternatives et Complémentaires), PSNC (Pratiques de Soins Non Conventionnels), TNM (Thérapies Non Médicamenteuses) ou encore médecines intégratives. Nous les avons étudiées, analysées… et nous avons identifié 3 raisons qui nous ont conduit à privilégier les Thérapies Non Médicamenteuses comme l’approche la plus pertinente. Voici pourquoi….

1. Les TNM : une définition précise et une efficacité validée scientifiquement

 

Les Thérapies Non Médicamenteuses sont un ensemble de techniques de soins, d’approches humaines et environnementales fondées sur des preuves scientifiques. Complémentaires des traitements médicamenteux et/ou chirurgicaux, elles ont pour objectif de soigner, guérir ou préserver la santé. Bien souvent, elles améliorent la qualité de vie et le bien être des patients et/ou de leur entourage. Ce qui n’est franchement pas négligeable face à la maladie, notamment chronique !

Toutes ces techniques de soins se matérialisent sous la forme d’un produit, d’une méthode, d’un programme ou encore d’un service tels que : compléments alimentaires, massages aux huiles essentielles, ateliers d’éducation thérapeutique, programmes d’activité physique adaptée, régime méditerranéen, thérapie manuelle etc. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive.

Vous l’aurez compris, les TNM reposent avant tout sur une validation scientifique rigoureuse. Enfin, leurs bénéfices pour la santé sont prouvés par les méthodes les plus fiables comme l’essai clinique randomisé contrôlé ou encore la méta-analyse.

2. Les TNM au service de 5 objectifs clairs

 1. Prévenir : dans leur visée préventive, les TNM retardent l’apparition de maladies. Lorsqu’une maladie est déjà déclarée, elles peuvent prévenir la survenue de nouvelles maladies. Les TNM peuvent également déterminer l’adoption d’un nouveau comportement de santé. Enfin, elles augmentent la durée de vie totale et en bonne santé.

2. Guérir : dans leur visée thérapeutique, les TNM complètent l’arsenal thérapeutique conventionnel. Elles potentialisent l’action de traitements biomédicaux en améliorant par exemple l’observance de ces derniers. Elles ne sont que rarement des alternatives thérapeutiques.

3. Soigner : soigner ne veut pas dire guérir. La langue anglaise distingue le cure, qui est le soin qui s’efforce de guérir, et le care, qui est le soin qui aide, qui accompagne mais n’ambitionne pas une guérison. Chez les malades chroniques, les TNM sont parfois des « supports » améliorant la qualité de vie. Elles diminuent les symptômes de la maladie et participent à l’optimisation des ressources de la personne.

4. Préserver : contribuer à l’amélioration de la santé et préserver le bien-être physique et mental de chaque personne.

5. Optimiser : sur le plan sociétal, les TNM peuvent permettre de réduire les dépenses de santé non programmées (traitement, consultation, hospitalisation, transport…), et/ou de réduire les pertes de production (arrêt de travail, aide sociale…).

Voilà pourquoi les TNM devraient être intégrées dans tout parcours de soin d’une personne malade ou à risque de maladie.

3. Une classification complète et rigoureuse

 

5 grands domaines permettent de structurer plus de 8 000 TNM. Ce sont des outils de segmentation très utiles pour tous acteurs et professionnels de santé qui souhaitent identifier les pratiques les plus efficaces et pertinentes au regard d’une pathologie donnée, d’un parcours de santé ou de bien-être :

  • Les thérapies psychologiques (Education thérapeutique, psychothérapies …)
  • Les thérapies physiques (Activités physiques adaptées, thérapies manuelles …)
  • Les thérapies nutritionnelles (Compléments alimentaires, thérapies nutritionnelles …)
  • Les thérapies numériques (Objets connectés, thérapie par la réalité virtuelle …)
  • Les autres thérapies non-médicamenteuses (Objets ergonomiques, phytothérapie, aromathérapie …)