blog image
Partagez cet article :

Le Yoga est-il réellement efficace contre la lombalgie ?

La lombalgie commune est un problème majeur de santé avec une prévalence élevée au sein de la population. Les 30 à 54 ans déclarent avoir souffert de lombalgie au moins un jour durant les 12 derniers mois. En milieu professionnel, la pathologie rachidienne représente la première cause de morbidité ostéo-articulaire. Les méthodes corps-esprit comme le yoga semblent avoir de plus en plus de succès, non seulement pour le bien-être mais également pour améliorer l’état de santé. La science s’intéresse de plus en plus au yoga comme thérapie non médicamenteuse. Sur la base de ces constatations, les personnes souffrant de lombalgies communes peuvent-elles se voir prescrire du yoga ?

La lombalgie commune, problème majeur de santé publique

La lombalgie est le symptôme pouvant répondre à la souffrance mécanique de structures rachidiennes et péri-rachidiennes diverses (Jenner et coll., 1995). Elle n’est pas secondaire à une cause organique particulière (telles une infection, une tumeur, une affection rhumatismale inflammatoire, une affection métabolique). La « lombalgie commune » est le type de lombalgie la plus fréquente. Elle constitue un problème majeur de santé publique dans de très nombreux pays industrialisés (1). Sa prévalence est élevée en population générale. Une revue de la littérature internationale récente estimait sa prévalence mensuelle en population générale à 22,3 % (2).

L’activité physique, traitement et outils de prévention secondaire

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) (3), l’exercice physique est le traitement principal permettant une évolution favorable de la lombalgie commune. Les activités physiques doivent être choisies en première intention, avant les médicaments. Elles doivent être reprises de manière progressive, fractionnées selon la préférence du patient et si possible, être adaptées.

En prévention secondaire, il est recommandé aux personnes ayant présenté une lombalgie, de pratiquer régulièrement une activité physique et/ou des exercices d’auto rééducation afin de diminuer le risque de récidive. Le choix de l’activité physique doit prendre en compte, là encore, la préférence du patient.

Le yoga dans le champ de la santé

Le yoga est un système important de la philosophie hindoue et basé sur le Sāṁkhya (théorie soutenant la pratique du yoga et reposant sur le dualisme métaphysique). Il inclut un système d’exercices pour atteindre le bien-être corporel et mental. Le yoga vise également la libération de l’individu et son union avec l’esprit universel.
En 2017, la France comptait près de 2,5 millions de pratiquants. Longtemps considérée comme une discipline féminine et pratiquée essentiellement par les seniors, le yoga s’est largement démocratisé ces dernières années et attire de plus en plus de nouveaux pratiquants.
La pratique du yoga à visée thérapeutique est également en vogue et, comme de nombreuses autres interventions non médicamenteuses, ses effets sur la santé sont de plus en plus étudiés.

L’étude du yoga comme thérapie des lombalgies

Une revue de la littérature scientifique effectuée par l’American college of physicians (ACP) en 2007 soulignait l’efficacité du yoga (Viniyoga[1]), pour améliorer les lombalgies chroniques.
Une méta-analyse (4) a été par la suite effectuée en 2013 à partir de dix essais contrôlés randomisés étudiant l’effet du yoga (yoga thérapeutique[2], yoga Iyengar[3], Hatha yoga[4], Viniyoga ou non précisé) avec un total de 967 patients lombalgiques chroniques. Celle-ci a mis en évidence des effets à court et à long terme sur la douleur, sans événement indésirable grave.

Une autre méta-analyse (5), effectuée la même année sur la base de huit essais cliniques randomisés portant sur 743 participants, a abouti à la même conclusion. Les données probantes les plus solides et les plus cohérentes faisaient toutefois état d’effets bénéfiques à court terme.
Une nouvelle revue des preuves réalisée aux Etats-Unis en 2017 (6), a permis à l’ACP d’établir des recommandations de bonnes pratiques. Il est alors recommandé aux patients souffrant de lombalgies chroniques et aux cliniciens de choisir un traitement non pharmacologique parmi lesquels est proposé le yoga, (Grade : recommandation forte). Pour l’ACP, les preuves étaient par contre insuffisantes pour déterminer l’efficacité du yoga sur la lombalgie aigüe et donc proposer cette pratique dans cette indication.

Dans le même temps, une revue Cochrane(7), déterminait que dans la lombalgie, le yoga était plus efficace que d’autres interventions sans exercice.  Le yoga ne faisant pas l’objet d’effets indésirables graves (il comporte le même risque d’événements indésirables que d’autres exercices axés sur le dos). Le yoga pourrait donc être choisi en fonction de la disponibilité, du coût et de la préférence du participant ou du prestataire. Les améliorations ont été maintenues à un an et toutes les interventions étaient relativement sûres (8).
 

Enfin, un essai contrôlé randomisé récent (9)(2018) a examiné les effets d’un programme de yoga de huit semaines comportant une intervention éducative. Cette intervention mixte a permis de réduire la douleur mais également la dépression et l’anxiété des 30 participants (âge moyen 34 ans).

[1] Le Viniyoga se focalise sur les postures et la respiration et encourage l’autonomie du pratiquant, en particulier par le moyen de cours individuels.

[2] Le yoga thérapeutique ou yogathérapie fait appel à différentes techniques telles que la relaxation, les postures, la répétition intériorisée de phonèmes, les respirations, les diverses formes de méditation et de contemplation ainsi que le respect de certaines prescriptions hygiéniques, la valorisation de règles de vie qui paraissent parfois paradoxales (non-compétition, non-violence, etc.).
[3]
Le yoga Iyengar se caractérise par l’attention portée à l’alignement des différentes parties du corps dans l’espace, l’organisation des postures en séquences, et l’emploi de supports (sangles, briques, couvertures, chaises, cordes…) pour aider le corps à se maintenir dans les bonnes postures…
[4]
Le Hatha yoga s’appuie sur le travail corporel et l’attitude mentale correspondante (l’éveil spirituel par les postures correctes, la discipline du souffle, et la méditation).

L’AVIS DE KALYA

Le yoga peut faire partie des modalités de traitement choisies pour prendre en charge le patient lombalgique chronique, au même titre que d’autres activités physiques. La notion de plaisir éprouvée par le participant pendant les séances pourrait être déterminante quant à l’efficacité de cette activité qui demande une pratique régulière. Par ailleurs, sa pratique doit être adaptée  pour diminuer autant que possible le risque d’exacerbation de la douleur.

Sources :

 

  1. Balagué F, Mannion AF, Pellisé F, Cedraschi C. Non-specific low back pain. Lancet Lond Engl. 4 févr 2012;379(9814):482‑91.
  2. Hoy D, Bain C, Williams G, March L, Brooks P, Blyth F, et al. A systematic review of the global prevalence of low back pain. Arthritis Rheum. juin 2012;64(6):2028‑37.
  3. Prise en charge du patient présentant une lombalgie commune [Internet]. Haute Autorité de Santé. [cité 15 oct 2019]. Disponible sur :  https://www.has-sante.fr/jcms/c_2961499/fr/prise-en-charge-du-patient-presentant-une-lombalgie-commune
  4. Cramer H, Lauche R, Haller H, Dobos G. A systematic review and meta-analysis of yoga for low back pain. Clin J Pain. mai 2013;29(5):450‑60.
  5. Holtzman S, Beggs RT. Yoga for chronic low back pain: a meta-analysis of randomized controlled trials. Pain Res Manag. oct 2013;18(5):267‑72.
  6. Chou R, Deyo R, Friedly J, Skelly A, Hashimoto R, Weimer M, et al. Nonpharmacologic Therapies for Low Back Pain: A Systematic Review for an American College of Physicians Clinical Practice Guideline. Ann Intern Med. 4 avr 2017;166(7):493‑505.
  7. Wieland LS, Skoetz N, Pilkington K, Vempati R, D’Adamo CR, Berman BM. Yoga treatment for chronic non-specific low back pain. Cochrane Database Syst Rev. 12 2017;1:CD010671.
  8. Saper RB, Lemaster C, Delitto A, Sherman KJ, Herman PM, Sadikova E, et al. Yoga, Physical Therapy, or Education for Chronic Low Back Pain: A Randomized Noninferiority Trial. Ann Intern Med. 18 juill 2017;167(2):85‑94.
  9. Kuvačić G, Fratini P, Padulo J, Antonio DI, De Giorgio A. Effectiveness of yoga and educational intervention on disability, anxiety, depression, and pain in people with CLBP: A randomized controlled trial. Complement Ther Clin Pract. mai 2018;31:262‑7.